R. DATI se défend : “J’ai ma place à la culture, Channel & Gucci j’ai lu tous leurs livres”

Partager :
Temps de lecture : 2 minutes

Dans un remaniement ministériel aussi surprenant qu’inattendu, Rachida Dati a été nommée ministre de la Culture. Une décision qui a soulevé des questions et suscité des réactions mitigées, mais la nouvelle ministre se défend avec un argument tout à fait inattendu : sa connaissance approfondie des marques de luxe.

Lors d’une conférence de presse improvisée devant les journalistes perplexes, Rachida Dati a tenu à expliquer sa légitimité à occuper ce poste prestigieux. “Certains pourraient se demander pourquoi je, Rachida Dati, suis la mieux placée pour être ministre de la Culture. Eh bien, laissez-moi vous dire que j’ai étudié attentivement les grandes œuvres culturelles de notre époque : les catalogues de Chanel, Gucci, et bien d’autres. J’ai lu tous leurs livres, leurs créations sont des chefs-d’œuvre de l’art contemporain”, a-t-elle déclaré avec assurance.

La comparaison des collections de haute couture avec la culture artistique et littéraire a immédiatement suscité des sourires ironiques parmi les journalistes présents. Cependant, Rachida Dati a continué de défendre sa nomination en soulignant son engagement pour la promotion de la mode comme une forme d’expression culturelle.

“La mode transcende les frontières. Elle incarne l’audace, la créativité, et elle évoque des émotions puissantes. En tant que ministre de la Culture, je veillerai à ce que la France continue d’être un leader mondial dans le domaine de la haute couture et de la création artistique”, a-t-elle ajouté, arborant un tailleur impeccable.

Certains critiques ont rapidement exprimé leur scepticisme quant à cette approche. Marine Le Pen a tweeté : “La culture, ce n’est pas un défilé de mode. Nous avons besoin de quelqu’un qui comprend réellement les arts et la richesse culturelle de notre pays, pas seulement les tenues de soirée.”

Pourtant, Dati reste convaincue de sa vision. Elle a promis d’introduire de nouvelles initiatives pour soutenir l’industrie de la mode, envisageant même d’organiser des défilés de mode au Louvre. “Imaginez un défilé de haute couture sous la pyramide du Louvre ! Cela serait une fusion parfaite de l’art, de la culture et de la mode”, a-t-elle déclaré avec enthousiasme.

Le mandat de Rachida Dati à la tête du ministère de la Culture s’annonce donc sous le signe de la mode et du glamour. Alors que certains applaudissent son audace, d’autres se demandent si cette approche glamour est vraiment ce dont la culture française a besoin en ce moment. Une chose est sûre : avec Rachida Dati, la scène culturelle française pourrait bien prendre une tournure des plus inattendues.