Lille champion de France : le Qatar rachète la ville

Partager :
Temps de lecture : 2 minutes

Alors que les supporters lillois ont passé la nuit à fêter leur titre de champion, lundi matin la ville s’est réveillée sous une nouvelle identité : championne de France de ligue 1 et enclave du Qatar dans les Hauts-de-France.

« On savait qu’en cas de victoire, ces chiens d’infidèl … euh, nos concitoyens seraient bien occupés à arroser leur titre. A minuit, nos experts financiers étaient prêts à agir » nous confie l’un des hommes de confiance de l’émir Al-Thani.

Après leur récente élimination en demi-finale de la ligue des champions par Manchester City, les dirigeants qatariens cherchaient une parade en cas d’une nouvelle déconvenue. « On ne pouvait pas racheter Manchester, le club de City appartient déjà à nos cousins d’Abu Dhabi » explique l’un des financiers qatariens. « Alors que Lille, c’était largement dans notre budget. D’ailleurs on a aussi racheté Roubaix et Tourcoing pour loger les serviteurs de l’émir quand il viendra en vacances dans le Nord. »

A l’annonce de la nouvelle, la joie a laissé place à l’incompréhension chez les supporters lillois : « Euh j’ai pas compris, on est champions du Qatar ?! » Un autre, plus pragmatique, semble s’accommoder de sa nouvelle identité « Maintenant qu’on est qatarien, ça va filer droit à la maison ! »

Concernant les supporters dont la vidéosurveillance a relevé des moqueries à l’encontre des propriétaires du club parisien, ils ont été enrôlés pour travailler sur le chantier des stades de la coupe du monde qui se déroulera dans le golfe persique en 2022.

Du côté de Martine Aubry, la maire de Lille, la surprise a laissé place à la colère : « Ils m’ont proposé un poste de secrétaire au sein du service technique de la ville à condition que je porte le voile, non mais ils se foutent de ma gueule ! »

Même si le rachat de la ville après minuit ne devrait pas permettre au Qatar de s’enorgueillir du titre de champion de France, l’émir Al-Thani ne semble pas s’embarrasser de ce détail puisque des «  on est les champions » auraient raisonné toute la journée aux 4 coins de son palais.

Article proposé par Yann Constantieux